Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 03:08

 

Samedi dernier, j'ai invité des ami-es à manger dans l'appartement dans lequel je viens d'emménager. Après deux mois d'auberge, ça me change :) Ils ont tous été surpris par le riz au chocolat que j'avais fait au dessert, surtout Maciel, comme tous les brésiliens, c'était marrant :p Pour les inviter, je leur en ai parlé une semaine avant quand je les ai vus chacun séparément, puis je leur ai confirmé par mail quelques jours avant … Alex a voulu me joindre le soir même, car il devait amener du poisson mais voulait savoir combien on était exactement (ce que j'avais précisé dans mon mail). Donc il a appelé le téléphone portable de Maciel (je ne savais pas encore que l'on a un fixe). Il était un peu stressé et énervé, par le fait que je n'aie pas de portable et qu'apparemment il serai dur de me joindre … ensuite pendant la soirée, sa copine l'a appelé deux fois, ce qui lui a remonté des petits problèmes à la mémoire, et l'a stressé, eheh^^

 

Cela ne vous surprenda pas, le portable est hyper répandu ici aussi : 95.92% de la population (quoi, vraiment ?!), soit 185 millions de personnes1, a un portable. Il y a deux ans, le gouvernement a même presque créé un programme de bourse pour aider les familles les plus pauvres à accéder au portable. Elles en auraient reçu un, et R$7 de crédit par mois (pendant combien de temps ? ça ne dit pas)2. Ç'aurait été avec l'argent des grandes entreprises de télécommunication. Ici les opérateurs sont Vivo (portugaise), Claro (mexicaine), TIM (italienne) et Oi (brésilienne).

 

Mais moi cette année, j'ai décidé de faire sans. Pour commencer, au début de l'année lorsque je ne connaissais personne, je n'en avais tout simplement pas besoin, et puis au cours de l'année je n'en ai pas vraiment eu besoin non plus … mes meilleurs amis, je les voyais régulièrement; pour se donner rendez-vous à une soirée il suffisait de se parler ou de s'envoyer un mail ou un message via réseaux-sociaux la veille ou l'avant veille. Le "problème" surgit quand on part de chez soit, que l'on est en retard et que les autres ont changé de lieu, ou que l'on attend quelqu'un d'en retard. Quand on a un portable on peut communiquer pour résoudre ce "problème" du retard, lequel je ferais remarquer est dû en grande partie au fait même d'avoir un portable ! Du coup je trouve cela un peu con, de trouver indispensable cet outil qui résoud des "problèmes" créés par lui-même.

Mais cette situation, du retard et de la perte de son groupe tribal, est en fait une chance :) Un soir je n'ai pas trouvé mon groupe de potes dans le bar/boîte musicale où l'on avait RV et dont ils étaient partis car il n'y avait encore personne. Ils n'avaient pas pensé à dire au videur où ils allaient, qui s'en serait souvenu vu l'absence de clients. Je n'avais pas non plus mon petit papier avec les numéros de téléphone que j'aurais appelés d'une cabine (elles sont vieilles mais environ une sur deux marche). Je suis donc resté puisque j'avais payé mon entrée :D Le temps de rassembler mon courage, j'ai parlé avec les trois pelés présents (c'est facile, il suffit de demander une chose banale avec un fort accent français), j'ai passé une bonne soirée, j'ai même rencontré des gentes (et je ne vais pas vous faire un dessin).

Dit autrement, le portable permet à coup sûr d'éviter le contact avec des inconnu-es et détruit les relations sociales. "Tout ce qui était directement vécu s'est éloigné dans une représentation".

 

Tout cela à la limite relève du bon sens … de chacun. Mais ce qu'il y a de certain, c'est que le débat sur le portable a besoin d'être enrichi et approfondi. Pour ce faire, revenons à un endroit que vous connaîtrez mieux : à Grenoble.

De Grenoble à Chambéry, la vallée du Grésivaudan se déroule entre les massifs de Chartreuse et de Belledonne, suivant les méandres de l'Isère. Jusque dans les années 1960 le promeneur y découvrait un "verger magnifique", une nature qui parlait "à l'imagination et la pensée" : "sous les vignes courant en feston entre les arbres fruitiers, se succèdent de petits carrés de luzerne, blé, chanvre, maïs : une merveille de petite culture."3 Les villages de Crolles et Bernin, à 20 km de Grenoble, ont aujourd'hui des allures de zone commerciale américaine – môles commerçants, publicités criardes, bretelles d'autoroute, parkings et lotissements. Nous sommes au cœur de la "Silicon Valley à la française", dans une agglomération de "statut international" dont les métastases colonisent les derniers prés, où les enfants ignorent que leurs ancêtres se baignaient dans les chantournes, les vieux canaux d'irrigation. C'est à Crolles 2, zone industrielle à cheval sur les deux communes, qu'est implantée "l'Alliance", unité de production de STMicrolectronics – associé durant quelques années à Philips et Freescale Semiconductors (Motorola). Crolles 2, ce sont des investissements colossaux, les plus importants depuis la construction des dernières centrales nucléaires (2,8 milliards d'euros dont 543 millions d'aides publiques) ; c'est l'importation à grands frais d'ingénieurs américains et hollandais et son corollaire immobilier, l'explosion du prix des logements ; le pillage des ressources et la pollution du voisinage ; les contrôles d'identité à l'entrée de l'Alliance ; la soumission des chercheurs du Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) de Grenoble et des élus locaux aux exigences des industriels ; la visite régulière des autorités - Chirac, Sarkozy, Devedjian, etc. LA fierté du techno-gratin.

 

Pour quoi faire ? Des téléphones portables.

 

***

"Allo, c'est moi. J'suis dans le bus. J'arrive. A tout de suite."

***

 

Ne souriez pas. Si vous trouvez dérisoire le résultat de ces sacrifices, gaspillages et destructions, c'est que vous n'entendez rien à la réalité économique. Le téléphone portable, c'est une innovation, et comme l'a expliqué Michel Destot, maire de Grenoble, avec l'innovation "apparaît le développement des activités économiques qui génère lui-même des emplois pour l'ensemble de nos concitoyens. Il y a là une véritable mine d'or, prenons-en conscience."

 

Le téléphone portable génère bien d'autres choses que des emplois et de l'or. Non seulement il accélère la destruction de la planète, mais il contribue à la technification totale du monde. Des effets dont jamais les chercheurs du CEA, sous-traitant de Nokia, ne parlent dans leurs conférences mensuelles à la Fnac, ce débitant de téléphones prétendûment "agitateur d'idées".

 

Bref; vous feriez mieux d'aller lire directement LA BROCHURE DONT JE ME SERS. Elle est courte (21 pages; imprimez-la en livret) et bourrée d'informations solidement référencées. Le collectif qui l'a écrite est bien sûr critiquable, mais elle nous apprend plein de choses et affûte méchamment notre esprit critique.

Ci-dessous, morceaux choisis et résumés.

1 Semiconducteurs, maxi-nuisances

Contrairement à ce qu'elle prétend, la micro-électronique est aussi polluante que bien des industries low-tech. Derrière sa façade clinquante, le téléphone portable est un concentré de nuisances. D'abord à cause de ses puces électroniques. Eric D. Williams, chercheur à l'université des Nations Unies à Tokyo, a mesuré les éléments nécessaires à la fabrication d'une puce de 2 grammes. Résultat : 1,7 kg d'énergie fossile, 1 m3 d'azote, 72 grammes de produits chimiques et 32 litres d'eau. Par comparaison, il faut 1,5 tonne d'énergie fossile pour construire une voiture de 750 kg. Soit un ratio de 2 pour 1, alors qu'il est de 630 pour 1 pour la puce4.

1.1 Forfait illimité en haut et en électricité

A Crolles, l'usine à puces de STMicroelectronics consomme plus de 40 millions de kWh d'électricité 5 (l'équivalent de 20 000 foyers) et 25 millions de kWh de gaz naturel par an . Le monstre se gavant toujours plus, le Réseau de Transport d'Electricité prévoit de nouvelles lignes à haute tension : "A court terme (d'ici 5 à 10 ans) les perspectives de développement industriel au nord-ouest (Minatec) et au nord-est de Grenoble (micro-électronique du Grésivaudan) nécessiteront que RTE procède à des évolutions de réseau de façon à accompagner le développement économique de la zone." Rhône-Alpes, deuxième région de France pour la consommation d'énergie, subit le plus important maillage de lignes à haute tension du pays – en plus de ses 32 barrages et de ses 14 centrales nucléaires. Nokia et le CEA peuvent toujours nous vendre des "téléphones plus économes" et des chargeurs solaires, ils oublient de signaler le gouffre énergétique qu'est leur production.

 

Pour nettoyer les plaques de silicium sur lesquelles sont gravés les circuits électroniques, l'Alliance engloutit 700 m3 d'eau par heure (l'équivalent d'une ville de 50 000 habitants), et soumet les collectivités locales à ses exigences : 150 000 euros d'amende par heure à payer à l'entreprise en cas de défaillance dans la fourniture d'eau ; obligation de doubler prochainement les conduites d'adduction sur 18 kilomètres, pour un coût de 25 millions d'euros ; livraison impérative d'une eau d'excellente qualité, exempte de chlore même en période de "menace terroriste" – minime compensation pour les Grenoblois qui échappent sur ce point au délire sécuritaire au nom de l'intérêt économique supérieur. Si l'Alliance a choisi le Grésivaudan, c'est aussi pour piller ses ressources en eau pure, y compris en période de sécheresse et de canicule. Tandis que les habitants surveillent leur consommation, STMicroelectronics et ses voisines, start up de micro-électronique (Soitec, Memscap), éclusent les mètres cubes : "L'année 2006 s'achève sur une baisse de 1 % de la consommation d'eau des communes alimentées par le Sierg (Syndicat intercommunal des eaux de la région grenobloise). 26 des 28 communes alimentées, dont la consommation est principalement "domestique" connaissent une baisse de 3,5 %, tandis que Crolles et Bernin (pour lesquelles la part industrielle représente plus des 4/5 e) ont une consommation en hausse de plus de 8 %". Pendant ce temps dans les massifs alentours, les glaciers fondent à vue d'œil, et avec eux les réserves d'eau qui ont fait la prospérité du Grésivaudan. Il est vrai que nous y avons gagné des cristaux liquides.

1.2 Téléphoner pollue

Crolles 2, site Seveso, consomme des produits toxiques comme la phosphine (hydrogène phosphoré), le thilane ou l'arsine (mélange hydrogène - arsenic). "Des gaz de combat", fanfaronnait un salarié lors d'une visite publique. Les produits chimiques stockés sur place mais aussi à des kilomètres, comme à Lancey de l'autre côté du Grésivaudan, circulent chaque jour en camions à travers l'agglomération. Rappelons que le site est en "zone urbaine", au milieu des lotissements poussés par dizaines pour loger ses employés. […]-->

 

Officiellement, en 2002 l'Alliance a rejeté dans l'atmosphère 9 tonnes d'oxydes d'azote, 10 270 tonnes de CO2, 40 tonnes de composés organiques volatiles8. C'est déjà énorme. Mais un employé confie, sans vouloir en dire plus, que la teneur en produits polluants des rejets dans l'atmosphère serait faussée par l'utilisation de gaz pulsés. Comment le vérifier ? La direction ne communique pas sur les chiffres. Tout juste peut-on se référer à ce rapport de visite de la Drire (Direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement) en mars 2003 : "/La société STMicroélectronics qui utilise des chaudières à tubes defumée alimentées au gaz naturel (FOD en secours), souhaite que les normes fixées en NOx par l'arrêté préfectoral du 08.10.01 soient revues compte tenu des difficultés à respecter la norme fixée (100 mg/Nm3)./" Moyennant quoi "les valeurs limite d'émission en NOx peuvent être fixées à 120 mg/Nm(gaz naturel) et 200 mg/Nm3 (FOD)". Il est si simple de s'arranger, sans même risquer de réveiller les écotechs Verts ou Frapna (Fédération Rhônes-Alpes d'association de protection de la nature). Tant que les normes sont respectées, nos gestionnaires de nuisances ronflent en paix.

 

Les riverains, eux, murmurent que les enfants développent des pathologies inhabituelles, et que l'eau des chantournes est saturée de pollution. [… 1600 Kg de cuivre sont rejetés dans l'isère chaque année, et les poissons sont ventre à l'air]. […]

1.3 Il n'y a plus de gorilles au numéro demandé

Ce n'est pas tout. Outre ses puces, votre téléphone a besoin de condensateurs en coltan (ou colombo-tantalite), un minerai malléable, résistant à la chaleur et à la corrosion. Celui-ci est extrait notamment en République Démocratique du Congo (RDC), où se trouvent les plus importants gisements mondiaux.

 

Comme les diamants, le coltan a été au centre d’une guerre pour le contrôle des ressources qui a tué plus de 3,5 millions de personnes dans sept pays depuis 1998. "Tout une série d'entreprises se sont créées dans cette zone, en association avec les grands capitaux transnationaux, les gouvernements locaux et les forces militaires (de l'Etat ou de la guérilla) qui se disputent le contrôle de la région concernant l'extraction du coltan et d'autres minerais. L'ONU n'hésite pas à affirmer que ce minerai stratégique finance une guerre que l'ancienne Secrétaire d'État des Etats-Unis, Madeleine Albright, a dénommée "la première guerre mondiale africaine"."5

 

Au Congo, de nombreux enfants sont retirés de l’école pour travailler dans les mines de coltan. Le minerai est acheté aux rebelles et à des compagnies minières hors-la-loi par des sociétés internationales, dont Cabot Inc. aux Etats-Unis, HC Starck en Allemagne (filiale de Bayer), et Nigncxia en Chine. Ces sociétés transforment le minerai en une poudre qu’elles vendent à Nokia, Motorola, Ericsson, Sony, Siemens et Samsung.6 Conclusion qui ne figure pas sur la notice de votre portable : "Il semble évident que les consommateurs du Nord, soit la majeure partie de la demande solvable et les derniers maillons de la chaîne, ont en partie contribué indirectement à la poursuite du conflit en RDC." 7

[…] Les mines de coltan sont situées en majorité dans l'est de la RDC, dans la région du Kivu, sur le territoire des derniers gorilles des plaines, des okapis et des éléphants. Bilan de l'activité minière : saccage des forêts et des cours d'eau et massacres d'animaux. Au rythme actuel, les spécialistes estiment à 10 ou 15 ans maximum l'espérance de survie des gorilles.8 […]

 

Chaque fois que vous passez un coup de fil, vous jouez avec la santé des habitants du Grésivaudan, avec la vie des Congolais et celle des derniers grands singes de la planète. C'est à ce prix que vous restez en contact.

 

***

"Allo ? Ouais, je suis à la boulangerie. Une baguette. Non, je parlais à la dame. Quoi ? A moins le quart, OK."

1.4 Téléphone jetable

En France, 19 millions de téléphones sont remplacés chaque année9, mais changer son portable signifie jeter son portable. Ce sont donc des millions d'appareils qui sont envoyés en Chine ou en Afrique pour être "recyclés", ce qui est une grosse blague (page 5). On envoie même des millions de tonnes de déchets électroniques comme "dons charitables".

 

Plus près de nous, à Bourg-Fidèle (Ardennes), l'usine Métal Blanc a été jugée en février 2005 pour la contamination par le plomb et le cadmium du sol, de l'air et de l'eau, avec des conséquences sur la santé d'une quarantaine de salariés ou enfants voisins10. L'activité de cette usine ? Le recyclage. On voit que les nuisances sont aussi durables que le développement des industries qui les génèrent.

2 Grillades de cerveaux

Début 2008, les bornes Wifi pour l'Internet sans fil sont partout. Connaît-on les risques pour la santé ? s'inquiète l'opinion. Pas de problème, rassurent les décideurs, car le Wifi est beaucoup moins puissant que les téléphones portables. Mode d'emploi à l'attention des cobayes : pour connaître les dégâts que vous inflige une "innovation", attendez la suivante. Souvenez-vous, les pesticides étaient excellents pour notre santé jusqu'à l'apparition des OGM, "indispensables" pour nous débarrasser enfin de ce poison. Il aura fallu attendre le Wifi pour s'entendre dire qu'en termes d'exposition aux rayonnements électromagnétiques, "comparé aux fours à micro-ondes et aux téléphones portables, le wifi c'est pas grand chose".

2.1 Tous cobayes

La question de santé publique, le danger d'exposition aux ondes, étant à peu près tout ce dont on débat dans les médias dominants, j'imagine que vous êtes au courant des dangers pour la santé. Quoique, j'émets des doutes. On ne peut même pas faire confiance à l'OMS, sourde aux multiples alertes lancées par des scientifiques du monde entier (page 8).

 

Pourquoi les cobayes humains ne sont-ils pas mieux informés ?

2.2 Les ondes nuisibles pour la vérité

Parce que le lobby de la téléphonie verrouille les résultats négatifs, achète des chercheurs à gage, attaque en diffamation les citoyens qui protestent, … (pages 6 à 9) Moi je propose d'illustrer la question des experts payés par l'industrie et sur-représentés dans les médias avec l'extrait ci-dessous, à propos du réchauffement climatique. C'est un court extrait tiré du film documentaire de Daniel Mermet "Chomsky et compagnie" que vous pouvez découvrir et écouter ici, acheter ici et télécharger ici en torrent.

 

Et dans les médias : Une revue complète du Monde révèle l'invasion du gadget dans l'information. Plus de 70 articles ont été consacrés au téléphone portable par le quotidien en 2007. Dans ce flux régulier, aucune enquête sur les dommages écologiques de cette industrie. Six articles, 2719 mots à peine, consacrés aux risques sanitaires – le plus souvent une brève en bas de page signalant les résultats d'une étude scientifique. Un seul article (510 mots) évoquant "Big Brother" et la surveillance via portables – encore ne s'agit-il que d'annoncer la diffusion d'un documentaire sur le sujet à la télévision. En revanche, les papiers positifs concernant les innovations technologiques, les derniers modèles, les nouveaux usages, services ou fonctionnalités, représentent 11 716 mots. Enfin, les sujets économiques sur les entreprises de téléphonie mobile et leurs marchés totalisent 7110 mots. Sans oublier les suppléments "High tech" et les pages "Agenda high tech" du Monde 2, qui délivrent chaque semaine une leçon de journalisme spécialisé.

2.3 Notice nécrologique

Notez également que la pollution électromagnétique semble avoir sa part dans le "syndrome d'effondrement des ruches", plus encore depuis l'apparition de la téléphonie "3G", au débit plus élevé. Pour mémoire, 60 à 90 % des colonies domestiques ont disparu aux Etats- Unis depuis 2006. Les agriculteurs américains doivent importer des ruchers pour assurer la pollinisation de leurs arbres fruitiers. Même drame en Europe depuis une dizaine d'années : les abeilles disparaissent sans laisser de trace. Rappelons modestement aux pros de la 3G que les abeilles sont ces insectes pollinisateurs qui, en butinant les fleurs, assurent la fécondation indispensable à l'apparition de fruits et légumes …

3 Le triomphe des manipulateurs

Nous n'avions rien demandé, mais nous l'avons quand même. Mais mince ! Vous soupçonnez que les industries inventent nos besoin avant l'apparition des produits. Mais comment font-ils ??

 

Ils réunissent "des créatifs (designers, artistes), des experts en sciences humaines (sociologues, anthropologues), des spécialistes des logiciels, de la micro-électronique, des microsystèmes, mais aussi des opérateurs, des industriels ou de futurs utilisateurs de ces objets communicants"11, et les font plancher sur des gadgets futuristes (balançoire virtuelle, stylo communicant, clones virtuels, vêtements et lunettes communicants). Le fruit de ces "ateliers créatifs" est ensuite soumis à des panels de consommateurs classés selon leur "comportement vis-à-vis du changement" (étiquetés en "Passionnés", "Pragmatiques" ou "Objecteurs") dont les réactions sont examinées à la loupe, pour décider si tel machin a des chances d'être accepté par les cochons de consommateurs. La combine a le mérite de dévoiler la logique toute commerciale de la "recherche & développement" chère aux ingénieurs du CEA : il ne s'agit pas de trouver une réponse aux besoins de la population, mais des débouchés à une technologie, en créant des besoins factices. Ad Valor revendique ce renversement de logique orwellien, en résumant le parcours d'une innovation rentable : celle-ci doit d'abord créer des "significations d'usage positives" associées à une "valeur pour l'usager" avant d'aboutir à l'"expression du besoin" puis à la "demande". Rien de bien neuf, quoiqu'en disent les frimeurs d'IDEAs Lab. Leur méthode recycle celle d'Edward Bernays, double neveu de Freud, l'inventeur américain de l'industrie des "relations publiques" dans les années 1920, expert revendiqué en manipulation de l'opinion.

 

On pourra prendre une mesure de l'influence des idées de Bernays en se rappelant la percutante remarque d'Alex Carey, suggérant que « trois phénomènes d'une considérable importance politique ont défini le XXe siècle ». Le premier, disait-il, est « la progression de la démocratie », notamment par l'extension du droit de vote et le développement du syndicalisme ; le deuxième est « l'augmentation du pouvoir des entreprises » ; et le troisième est « le déploiement massif de la propagande par les entreprises dans le but de maintenir leur pouvoir à l'abri de la démocratie ». L'importance de Bernays tient précisément au fait qu'il a, de manière prépondérante et peut-être plus que quiconque, contribué à l'articulation et au déploiement de ce troisième phénomène.12 Son coup de maître fut sans doute, pour le compte d'une multinationale du tabac, d'amener les femmes américaines à fumer. Voui, rien que ça. Lisez, vous comprendrez ;)

4

Maintenant je décide de vous laisser le IV et le V en entier : "liberté sous surveillance, autonomie sous assistance" et "Le mouchard parfait". C'est plus dur de choisir des morceaux, c'est plus dur d'en parler rapidement, c'est plus dur d'en parler. Je vous laisse avec un petit jeu de devinettes :

  • qui a écrit le passage suivant ? (c'est facile, c'est dans la brochure) :
     La sécurité est très souvent vécue dans nos sociétés démocratiques
    comme une atteinte aux libertés individuelles. Il faut donc faire
    accepter par la population les technologies utilisées et parmi
    celles-ci la biométrie, la vidéosurveillance et les contrôles.

    Plusieurs méthodes devront être développées par les pouvoirs publics
    et les industriels pour faire accepter la biométrie. Elles devront
    être accompagnées d’un effort de convivialité par une reconnaissance
    de la personne et par l’apport de fonctionnalités attrayantes:

    • Éducation dès l’école maternelle, les enfants utilisent cette
    technologie pour rentrer dans l’école, en sortir, déjeuner à la
    cantine, et les parents ou leurs représentants s’identifieront pour
    aller chercher les enfants.

    • Introduction dans des biens de consommation, de confort ou des
    jeux : TÉLÉPHONE PORTABLE, ordinateur, voiture, domotique, jeux vidéo

    • Développer les services « cardless » à la banque, au supermarché,
    dans les transports, pour l’accès Internet..."

    La même approche ne peut pas être prise pour faire accepter les
    technologies de surveillance et de contrôle, il faudra probablement
    recourir à la persuasion et à la réglementation en démontrant l'apport
    de ces technologies à la sérénité des populations et en minimisant la
    gêne occasionnée.
  • qui a dit : (en substance, je n'arrive pas à retrouver la citation exacte) : "Ils entretiennent de bonnes relations avec leurs voisins, ils n'ont pas de téléphone portable -ce sont des terroristes".

Quant à moi, que dire à ceux qui se foutent de ma gueule parce que je n'ai pas acheté de portable ? Comment expliquer en moins d'une minute à mes amis qui ne comprennent pas ? (et ne lisent pas le français …) (maintenant, j'ai et vous avez ce texte en portugais)

Vais-je reprendre mon portable à mon retour en France ?

 

La brochure est ici. Bonne lecture !

 

Liens connexes :

- Prêt à jeter - l'obsolescence programmée : documentaire d'Arte sur pourquoi et comment les ampoules sont étudiées pour ne pas durer plus de 1000 heures, les imprimantes ne pas imprimer plus de X pages, la batterie des iPhone ne pas durer plus de Y années, ...

- Une brève histoire de l'extinction en masse des espèces, Franz J. Broswimmer, éd. Agone

Footnotes:

1 http://pt.shvoong.com/

2 http://noticias.terra.com.br/brasil/

3 dans le Tableau de la Géographie de la France, 1903

4 Libération 21/11/02

5 World Rainforest Movement, www.wrm.org.uy

6 World Watch Magazine, mai-juin 2004

7 World Rainforest Movement, www.wrm.org.uy

8 Sciences et Avenir, juin 2004

9 Le Monde 4/04/07

10 Le Monde 23/02/05

11 Lettre de Minatec n°2, novembre 2001

12 Extrait de la présentation de Normand Baillargeon au livre "Propaganda : comment manipuler l'opinion en démocratie" d'Edward Bernays, paru en 1928, et consultable en ligne sur le site des éditions Zones. Hyper intéressant et développe méchamment l'esprit critique bien sûr !

Partager cet article

Published by portovince
commenter cet article

commentaires

Papillon 18/06/2011 06:02



samedi matin, très tot… je ne pouvais plus dormir… 


J'ai donc du temps… C'est très long, je vais en lire un peu… Je vais jusqu'au bout, sans aller voir les compléments…


ça commence bien, la vie sans téléphone portable, coupé de tout, ou beaucoup de choses, dans un environnement mal connu… Puis on passe à Grenoble, un peu de nostalgie, pour retrouver des lieux
aux noms poétiques, Grésivaudan, Chartreuse, Belledonne, au milieu des chantournes…


Non, ce n'est pas cela… C'est toute l'économie moderne conduite par la recherche des profits et de ou des interets très divers, orientée par les médias et l'opinion publique, dirigés par cette
économie elle-même…


Existe-t-il une autre route… Ou simplement une orientation qui serait suffisamment sérieuse pour etre réaliste et réalisable, avant la fatigue de tous, comme celle qui touche les vieux maintenant
en pensant à la vie qui semble se créer pour les générations plus jeunes… 


Mais faut-il être si pessimiste ? 



vince 19/06/2011 20:54



En effet, très tôt !


Justement non : je ne suis coupé de rien sans portable (et je m'intègre mieux dans mon environnement).


Nooon, pas besoin d'être si pessimiste ... ça paralyse. On peut être pessimiste dans la pensée, mais optimiste dans l'action.



Présentation

  • : longue-vue vers Porto Alegre et ses horizons
  • longue-vue vers Porto Alegre et ses horizons
  • : Ici, je veux moins donner des nouvelles que présenter les choses que je connais de Porto Alegre et du Brésil (edit : ça y est, j'y ai vécu pendant un an). Photos, films incontournables, politique, musique, etc :) N'oubliez pas que vous abonner au flux rss est pratique.
  • Contact

Recherche

Censure du net


http://www.laquadrature.net/files/loppsi_150px.png